• Accueil
  • Actualités
  • SIGNATURE DE CONVENTION ENTRE FAFPA ET LA FEDERATION NATIONALE DES ARTISANS DU BURKINA FASO

SIGNATURE DE CONVENTION ENTRE FAFPA ET LA FEDERATION NATIONALE DES ARTISANS DU BURKINA FASO

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Conjoint/Amélioration du Système de Formation Professionnelle (PC/ASFP), le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage(FAFPA) et la Fédération Nationale des Artisans du Burkina Faso (FENABF), ont procédé le jeudi 11 juillet 2013 dans la salle de réunion du FAFPA à la signature d’une convention cadre, qui devrait régir les relations contractuelles entre les deux institutions relativement au programme.

La cérémonie marquant la signature de ladite convention s’est déroulée en présence d’une délégation du Bureau de la Coopération Suisse (BUCO) pour le Burkina Faso, représentant monsieur le Directeur résident de cette institution.
La Coopération Suisse en tant que principal partenaire technique et financier de ce programme met à la disposition du FAFPA plus de six cents millions (600 000 000) de francs CFA en vue de conduire efficacement les activités planifiées et notamment le financement à travers la FENABF du Programme de Développement de l’Apprentissage et la Formation des Artisans (PDAFA) à hauteur de deux cents millions (200 000 000) de francs CFA.
A l’issue de la signature, suivie des échanges de documents, la Directrice du FAFPA a procédé séance tenante à la remise d’un chèque de quatre vingt millions (80 000 000) de francs CFA au Président de la FENABF ; représentant la première tranche du budget consacré au démarrage des activités du PDAFA.
La délégation de la Coopération Suisse s’est félicitée de l’apport institutionnel consenti individuellement et collectivement par le FAFPA et la FENABF au cours de la mise en œuvre du programme pilote de renforcement des capacités des artisan(e)s et des entreprises de l’artisanat(2009-2012) et a souhaité que le partenariat se consolide davantage afin de répondre aux enjeux de l’optimisation du financement de la formation professionnelle, pour le développement socioéconomique des secteurs productifs dont notamment l’artisanat.
PJ :
Présentation du programme.
Album photos de la cérémonie.

 

JUSTIFICATION
Ces quinze dernières années, l’Etat et ses partenaires bi-multilatéraux ont fortement soutenu l’émergence d’un système de formation professionnelle performant à travers divers projets et programmes. Les résultats, bien que parfois probants, restent en deçà des attentes. En effet, le système de formation professionnelle présente encore des insuffisances, qui sont :
• le système n’est pas adapté aux besoins des entreprises ;
• les enseignements sont plus théoriques que pratiques ;
• les formations sont coûteuses et parfois trop longues ;
• le système n’offre pas de formations dans certaines filières ;
• le faible nombre d’établissements et centres de formation professionnelle ;
• le manque d’équipements ;
• le manque d’équité dans la répartition géographique des établissements ;
• le taux d’abandons en cours de scolarité est élevé pour des raisons diverses (problème économique, distances à parcourir, etc.) ;
• le faible taux d’inscription des filles ;
• etc.
Cette situation qui affecte de manière sérieuse la qualité des formations justifie parfois les contreperformances du système éducatif en général et l’EFTP en particulier. En plus des insuffisances ci-dessus énumérées, le sous-secteur de la formation professionnelle est caractérisée par une multitude d’intervenants avec des pratiques, des méthodes et des approches différentes. C’est fort de ce constat et dans le souci d’évolution vers le renforcement de la structuration de la formation professionnelle au Burkina Faso, que des acteurs opérationnels de formation professionnelle ont décidé de conduire la réflexion en vue d’élaborer un « document cadre de projet commun des acteurs opérationnels de la formation professionnelle ».


FINALITE
Assurer l’épanouissement, la sécurité financière et le développement de la citoyenneté des populations bénéficiaires.
OBJECTIF GÉNÉRAL
Promouvoir, au profit des populations des milieux urbain et rural, un accès équitable à un système de formation professionnelle de qualité, diversifié et décentralisé.


OBJECTIFS SPÉCIFIQUES
Les objectifs spécifiques sont :
• permettre l’accès du plus grand nombre de jeunes (filles et garçons) à des formations par apprentissage qualifiantes de qualité et certifiées ;
• développer la formation de perfectionnement professionnel ou la formation continue au profit des actifs des secteurs agro-sylvo-pastoral et de l’artisanat ;
• renforcer la liaison éducation non formelle/alphabétisation et formation professionnelle
• améliorer le système et les mécanismes de financement de la formation professionnelle ;
• responsabiliser les collectivités territoriales et les OSP en tant qu’acteurs de développement et de gestion de la formation professionnelle ;
• stimuler l’innovation et la recherche-action dans la formation professionnelle spécifiquement l’apprentissage.
PUBLICS CIBLE (BENEFICIAIRES FINAUX)
Sont bénéficiaires du projet, les publics suivants :
- les adolescent(e)s en cours de scolarité, non scolarisé(e)s ou déscolarisé(e)s ;
- les jeunes diplômé(e)s ou sans diplômes ;
- les apprenti(e)s ;
- les adultes en activité ou en cessation d’activités dans différents secteurs économiques (artisanat, agriculture…) ;
- les formateurs (trices) de centres ;
- les formateurs (trices) endogènes ;
- les maîtres/maîtresses d’apprentissage et de stage ;
- les patrons/patronnes d’entreprises ;
- les acteurs de la certification professionnelle (organisateurs, concepteurs de sujets, évaluateurs/correcteurs, membres de jury).

 

RESULTATS ATTENDUS

 

Globalement, cinq (5) résultats spécifiques sont attendus :

 

Résultat 1 : 50 000 personnes des milieux urbain et rural ont bénéficié de formations de qualité, adaptées à leurs besoins dans les métiers de l’artisanat et de l’agro-sylvo-pastoral
Résultat 2 : les ressources financières du FAFPA se sont accrues et les mécanismes de financement sont adaptés et décentralisés
Résultat 3 : un cadre normatif (lois et textes réglementaires) d’une formation professionnelle équitable et accessible à tous, prenant en compte les réalités et besoins de développement des territoires est mis en place
Résultat 4 : des supports de formation de 20 nouveaux métiers sont élaborés, diffusés et validés dans des dispositifs de formation qualifiante
Résultat 5 : grâce aux résultats de la recherche et l’innovation, l’apprentissage est perçu comme un continuum au système éducatif et une voie royale d’accès à la connaissance et à la compétence
COMPOSANTES DU PROGRAMME
Les principales composantes et actions prioritaires qui vont concourir à l’atteinte des résultats sont :
Accès et qualité
- organiser des formations par apprentissage de type dual ou en alternance selon la demande ;
- appuyer la réalisation des plans régionaux des régions de l’Est, du Nord et du Centre-Ouest ;
- réaliser des formations de perfectionnement professionnel ;
- former les formateurs endogènes ;
- former les maîtres d’apprentissage ;
- former les responsables en charge de la supervision pédagogique ;
- Organiser des evaluations professionnelles
- mettre en place et animer les cadres de concertation centre de formation et entreprises d’accueil des apprenti(e)s ;
- renforcer les centres de formation et les ateliers/entreprises d’accueil des apprenant(e)s (équipement, formation, formalisation)
- habiliter les centres de formation (suivi et évaluation)
- renforcer l’équipement des centres de formation.
Financement et gestion du système
- réaliser un inventaire des besoins de qualification, d’emploi et des opportunités de formation dans chaque région concernée ;
- appuyer l’élaboration de répertoires opérationnels des métiers et des qualifications des secteurs de l’artisanat et de l’agro-sylvo-pastoral ;
- appuyer l’élaboration de plans régionaux de l’emploi et de la formation professionnelle en s’inspirant de l’expérience de la région de l’Est ;
- créer des titres de qualification professionnelle (apprentissage, formation des formateurs, perfectionnement) ;
- constituer un répertoire d’évaluateurs potentiels par titre professionnel et par région
- renforcer les capacités des évaluateurs en matière d’évaluation des compétences techniques et professionnelles
- organiser des examens et contrôle de qualification et de certification ;
- renforcer les dynamiques organisationnelles des OSP et des collectivités territoriales ;
- renforcer les capacités des acteurs dans la gestion des dispositifs régionaux de formation professionnelle ;
- renforcer les ressources humaines du FAFPA ;
- renforcer la logistique et les moyens matériels du FAFPA.
 Ingénierie de formation et innovation
- élaborer des supports de formation (référentiels et programmes) adaptés ;
- analyser et proposer une meilleure articulation éducation de base (formelle et non formelle) et formation professionnelle ;
- auditer et évaluer les dispositifs de formation (démarches, méthodes, outils, coûts, transférabilité, adaptation, assurance-qualité) ;
- analyser les dispositifs d’évaluation et de certification (CQP, VAE, etc.) ;
- expérimenter l’introduction des TIC dans la formation professionnelle ;
- expérimenter des formations qualifiantes accélérées et adaptées ;
- diffuser et valoriser les résultats de la recherche.


LE MÉCANISME DE FINANCEMENT
Le FAFPA reçoit la totalité du financement du programme conjoint à travers une convention avec le principal partenaire technique et financier en l’occurrence la Coopération suisse. A ce titre, il est le maître d’ouvrage du programme. Les autres acteurs ci-dessus décrits deviennent chacun en ce qui le concerne le maître d’œuvre des actions à mener.
Ainsi, le mécanisme de financement des activités peut se décliner de la façon suivante :
• une convention de partenariat est conclue entre le FAFPA et le FONAENF en ce qui concerne le programme d’alphabétisation à mettre en place. Celle-ci précise le système et les modalités de financement des activités prévues à cet effet ;
• des conventions de financement sont signées entre le FAFPA et les Conseils régionaux en vue de l’élaboration et/ou la mise en œuvre de plans régionaux de formation professionnelle ;
• des protocoles de collaboration sont signés entre le FAFPA et les structures d’organisation et de structuration de la formation professionnelle notamment le Secrétariat Permanent de la Commission Nationale de la Certification (SP-CNC) et la Chambre des Métiers de l’Artisanat du Burina Faso (CMA-BF). Elles concerneront prioritairement les actions liées à la création des titres professionnels, l’élaboration de référentiels et programmes de formation et l’acquisition de matériels et matière d’œuvre pour l’organisation des examens professionnels. Ces types de protocoles seront aussi engagés avec l’ONEF ou le CEMEQ pour la mise en œuvre d’études et enquêtes diverses ;
• des protocoles devront régir aussi la collaboration avec les OSP et les Chambres consulaires (FENABF, CPF ou FENOP, CMA-BF) pour la constitution de répertoires des métiers artisanaux et agricoles et la mise en œuvre des formations par apprentissage ou de perfectionnement professionnel, la mobilisation des bénéficiaires, le suivi-évaluation des actions ;
• des contrats de prestation seront conclus, selon une procédure allégée et négociée de passation des services , avec des opérateurs et prestataires en ingénierie de formation, en appui-conseil aux organisations, en alphabétisation pour la réalisation opérationnelle des actions prévues.

LES ACTEURS DU PROGRAMME

FAFPA Burkina Faso

Le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA), est une structure publique, qui a été créé par décret N°2003-337/PRES/PM/MTEJ/MFB du 10 juillet 2003. Le FAFPA est placé sous la tutelle technique du Ministère de la Jeunesse...

Lire la suite

12 BP : 26 Ouagadougou 12

BURKINA FASO

Tél : (+226) 25 33 33 20
Tél : (+226) 25 48 85 79

E-mail : fafpa@fasonet.bf

www.fafpa-bf.net

www.fafpa-bf.org